Un nouveau projet de 6 M€ pour préserver les éléphants et dynamiser le financement innovant des aires de conservation au Mozambique

JPEG

L’AFD et le Ministre mozambicain de la Terre, Environnement et Développement rural, ont lancé ce jeudi 9 mars, en présence de l’Ambassadeur de France, le projet d’Appui aux aires protégées et à la préservation des éléphants au Mozambique (APEM).
Il s’agit d’un don de 6 M€ alloué pour 4 ans dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement. Forts de 10 années de coopération totalisant plus 31 M€ de subventions en faveur de la biodiversité, la France et le Mozambique avaient en effet élevé ce secteur au rang de priorité du dernier C2D signé en 2015.

Marqué par une diversité biologique remarquable, le Mozambique a déployé d’importants efforts pour préserver son patrimoine naturel : près de 25 % de son territoire terrestre est classé en aire de conservation, sans compter les aires protégées marines. Or, pour que l’impact de ces efforts soit durable, le pays doit affronter aujourd’hui deux défis majeurs qui sont au cœur de ce projet.

Le premier est de contenir la recrudescence du braconnage commercial frappant la région. Espèce emblématique tant sur le plan culturel que touristique et environnemental, les 10 000 éléphants vivant dans le pays sont menacés d’extinction d’ici à 2030 si la tendance actuelle n’est pas inversée. Dans ce contexte, le projet APEM vise à renforcer – avec 4 M€ – les moyens de lutte anti-braconnage de l’Administration Nationale des Aires de Conservation et des deux aires protégées les plus touchées par ce phénomène.

Le second défi est financier : comment couvrir de manière pérenne les besoins courants des aires protégées du pays, qui dépendent aujourd’hui à 80% de l’aide internationale ? En innovant ! C’est de là qu’est née l’idée d’une Fondation pour la Conservation de la Biodiversité au Mozambique, la fondation BIOFUND, que l’AFD appuie depuis ses débuts en 2015. Le projet APEM marque une étape décisive dans son opérationnalisation en consacrant 2 M€ au financement des premières activités de BIOFUND à destination des aires de conservation.
JPEG
Enfin, comme l’a salué Martha Stein-Sochas, directrice de l’Agence régionale de Johannesburg à l’occasion de cet évènement, le projet APEM est le fruit d’un important travail de coordination entre l’AFD, la Banque Mondiale, la KfW, l’USAID, et les ONG Peace Park Foundation et Wildlife Conservation Society, afin d’assurer la complémentarité des interventions sur le terrain.

Dernière modification : 05/04/2017

Haut de page