Présentation PISCCA.

Présentation PISCCA.

Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs (PISCCA) : « Pouvoir choisir sa ville : société civile, insertion économique et démocratie locale au Mozambique »

Le fonds PISCCA (Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs) est le nouveau mécanisme d’appui à la société civile mozambicaine de l’Ambassade de France au Mozambique. Il remplace le Fonds Social de Développement (FSD), qui a pris fin en 2015. Depuis 1997, le FSD a permis de financer 103 projets au Mozambique dans divers secteurs, tels que l’éducation, la santé, l’hygiène et l’assainissement, l’égalité de genre, et la gouvernance pour un total de 4 237 890 euros.
Ce fonds PISCCA s’inscrit dans les nouvelles priorités du Ministère des Affaires Etrangères de promotion de la gouvernance, de la justice et de la sécurité, en mettant en œuvre des partenariats innovants et une plus grande prise en compte du genre et de la jeunesse. Ainsi, l’ambition des PISCCA est de favoriser le dialogue entre la société civile et les autorités locales afin d’encourager la mise en œuvre de politiques publiques de développement local plus inclusives et transparentes, prenant en compte les préoccupations des communautés locales.

Objectifs

Le fonds PISCCA est un mécanisme de crédits déconcentrés mis à disposition du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France pour financer, sous forme de subvention, des micro-projets provenant de partenaires locaux (institutions publiques, notamment décentralisées, organisations de la société civile mozambicaines : congrégations, associations de base, ONG, associations professionnelles...) actifs dans le domaine de la lutte contre la pauvreté et de l’accès aux droits fondamentaux des populations vulnérables. Les actions soutenues doivent :
• Donner une meilleure visibilité aux acteurs de la société civile.
• Renforcer les échanges et les synergies entre les acteurs pour créer des effets leviers.
• Améliorer la gouvernance et le dialogue entre société civile et autorités publiques pour permettre à la première de porter des revendications auprès de celles-ci.
• Veiller à la prise en compte dans le débat des groupes les plus vulnérables : femmes, jeunes, personnes en situation de handicap.

Secteurs prioritaires d’intervention

La coopération française vise à travers les PISCCA à améliorer la gouvernance démocratique à l’échelle locale, en travaillant sur deux leviers :
-  Le renforcement de la société civile locale, sa capacitation, sa mise en réseau, et l’appui à son action de plaidoyer vis-à-vis des autorités locales,
-  L’insertion économique par la formation, l’accès à l’emploi ou à une activité économique génératrice de revenus, en tant que condition pour le plein exercice de la citoyenneté.

Composante 1 : renforcer le rôle de la société civile dans le développement local

  • 1/ Accompagner les processus de gouvernance démocratique locale
  • 2/ Favoriser les coalitions d’acteurs
  • 3/ Faire entendre la voix des femmes, des jeunes et des personnes handicapées

Composante 2 :promouvoir le développement local par l’autonomisation économique des groupes vulnérables

  • 1/ Contribuer à une plus grande autonomisation des femmes
  • 2/ Aider les jeunes à s’insérer professionnellement
  • 3/ Permettre une intégration juste des personnes handicapées

Dernière modification : 13/10/2016

Haut de page