Lutte contre le terrorisme - Conférence de presse de Jean-Yves Le Drian à l’issue de son entretien avec le Grand imam d’Al-Azhar, Cheikh Ahmed Al-Tayeb

Lutte contre le terrorisme - Conférence de presse de Jean-Yves Le Drian à l’issue de son entretien avec le Grand imam d’Al-Azhar, Cheikh Ahmed Al-Tayeb

Le Caire, le 8 novembre 2020

"J’ai souligné que le combat, le seul combat, que nous menons avec de nombreux pays amis comme l’Égypte, vise le terrorisme et l’extrémisme. Il y a l’islam d’un côté et l’extrémisme DE l’autre."

"Mesdames, Messieurs, je viens d’avoir un long échange avec le Grand imam d’Al-Azhar, échange marqué par une grande franchise, une volonté de comprendre et d’oeuvrer ensemble à la tolérance, à l’apaisement, au respect de la liberté des cultes et des consciences.

Je le remercie pour le temps qu’il m’a consacré. Je l’avais déjà rencontré ici à quatre reprises, je l’avais aussi rencontré à Paris à deux reprises, nous sommes toujours motivés par l’importance de poursuivre notre dialogue confiant et respectueux. Le Grand imam connaît bien la France, il y a étudié, il connaît donc bien notre pays. J’ai rappelé ce que le Président de la République a eu l’occasion d’exprimer avec force ces derniers jours, d’abord le profond respect que la France a pour l’islam ; j’ai souligné combien, notre culture, notre histoire, notre science, notre savoir sont marqués par ces échanges avec le monde islamique ; dont Al-Azhar est une institution éminente et reconnue internationalement.

J’ai aussi rappelé que les musulmans font pleinement partie de la société française et de l’histoire de la République. Ils y bénéficient d’un cadre protecteur auquel ils sont profondément attachés comme l’ont rappelé récemment de nombreuses voix d’intellectuels et de responsables de culte musulman en France. J’ai souligné que le combat, le seul combat, que nous menons avec de nombreux pays amis comme l’Égypte, vise le terrorisme et l’extrémisme. Il y a l’islam d’un côté et l’extrémisme de l’autre. Et j’ai rappelé combien les musulmans sont eux-mêmes victimes de ce terrorisme et de cet extrémisme ici en Égypte, mais aussi en Europe.

J’ai souligné enfin qu’au-delà des moyens que nous déployons pour combattre ce fanatisme, il y a un combat tout aussi important à mener sur le terrain des idées, que l’institution d’Al-Azhar, par son autorité religieuse et morale, y avait tout son rôle. J’ai constaté de nombreux points de convergence dans nos analyses. J’ai dit au Grand imam combien nous avons besoin de voix porteuses d’équilibre, de tolérance et de modération. Le Grand imam a proposé que nous travaillions ensemble pour approfondir cette convergence commune, et bien évidemment nous avons accepté. Car c’est ensemble que nous devons lutter contre les mensonges et les appels à la haine, c’est ensemble que nous devons combattre le terrorisme, le fanatisme et l’extrémisme et leur détournement à des fins politiques. Je vous remercie."

Dernière modification : 11/11/2020

Haut de page