Le climat

INGC

L’Institut National de Gestion des Calamités (INGC) est un organisme public sous tutelle du Ministère de l’Administration et de la Fonction Publique. L’INGC a sollicité l’appui de l’Ambassade de France afin de renforcer ses capacités en matière de gestion et de réduction des risques de catastrophes naturelles, le Mozambique et le Canal éponyme étant des zones particulièrement importantes pour analyser les effets du changement climatique. Le Mozambique est le 7ème pays le plus vulnérable au changement climatique dans le monde, et le 3ème sur le continent africain. Le Mozambique est confronté annuellement à des catastrophes naturelles d’ampleur (inondations, sécheresse, etc.). Dans le cadre de cette nouvelle coopération, 5 priorités ont été identifiées afin de répondre aux demandes de l’INGC :

1/ L’amélioration du flux d’information entre les organisations impliquées dans la gestion des catastrophes naturelles ;

2/ La formation des gouvernements locaux afin d’inclure la gestion des catastrophes naturelles dans leurs plans de développement locaux ;

3/ La réalisation d’une cartographie des bassins hydrographiques les plus à risques ;

4/ La gestion de la prévention des populations et de leur réinstallation hors des zones vulnérables ;

5/ La formation à l’utilisation et à l’interprétation des données spatiales d’observations hydrométéorologiques.

Plusieurs actions de coopération ont été programmées : une mission de terrain de 5 jours dans les provinces de Maputo et de Zambézie, province annuellement touchée par des phénomènes naturels de grande ampleur, a eu lieu du 31 octobre au 4 novembre 2016. Cette mission d’évaluation initiale et d’élaboration de propositions s’est concentrée sur les points 1, 2 et 4 détaillés ci-dessus. Les points 3 et 5 feront l’objet d’autres actions dans le cadre d’un partenariat avec Météo France, et en lien avec l’Institut National de Météorologie (INAM) du Mozambique sur l’interprétation des données spatiales d’observation et la cartographie des bassins à risque. Participaient à cette mission, le Colonel Berthouin Chef d’Etat-Major de Zone, Eric Sam-Vah de la PIROI et Handicap International.

JPEG - 182.3 ko
Séminaire de l’INGC avec la présence de l’ambassadeur (Maputo, 4 juillet 2018)

Société civile

La Plateforme nationale des OSC (organisations de la société civile) travaillant sur le thème du Changement Climatique a été créée en 2011 en amont de la COP 17 qui s’est tenue à Durban. Elle rassemble des associations mozambicaines travaillant en lien avec l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Le Mozambique est particulièrement vulnérable face aux changements climatiques : augmentation des températures et de la fréquence des phénomènes climatiques extrêmes (sécheresses, inondations, etc.).

Le Service de Coopération et d’Action Culturelle travaille en collaboration avec la Plateforme depuis 2015, année de la COP21 à Paris, au cours de laquelle l’accord de Paris a été approuvé. Dans le contexte de la COP21, la Plateforme a organisé la première conférence nationale sur le Changement Climatique au Mozambique, rassemblant les acteurs de l’ensemble des provinces du pays, afin d’élaborer le positionnement de la société civile mozambicaine par rapport à la COP21 et renforcer la Plateforme à l’échelle nationale.

Par ailleurs le Service de Coopération et d’Action Culturelle appuie ponctuellement des projets portés par la société civile Mozambicaine liés à la gestion durable des ressources naturelles, à la préservation de l’environnement et à la lutte contre le changement climatique, notamment au travers du fonds PISCCA (Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs), mécanisme d’appui à la société civile mozambicaine de l’Ambassade de France au Mozambique

(https://mz.ambafrance.org/-Le-Fonds-social-de-developpement-).
PNG

Dernière modification : 13/06/2019

Haut de page