Le Fonds social de développement (CD/FSD) : 1997-2003

Deux programmes CD/FSD ont été implantés successivement au Mozambique, le premier portant sur la période 1997-2000, d’un montant de 606.747 euros (16 projets financés), et le second de 2000 à 2003 de 1.067.143 euros (26 projets financés), soit un total sur six années de 1.673.890 euros. La signature du Protocole d’accord entre les gouvernements français et mozambicain le 4 juin 2003 marque l’ouverture d’une troisième enveloppe d’un montant de 1.067.000 euros couvrant les années 2003-2006. Le FSD va continuer à s’inscrire dans le sens d’un appui aux projets de proximité portés par la société civile ainsi que les organes de l’Etat et ses démembrements.

Le montant des projets financés sur la seconde enveloppe du FSD varie de 7.625 euros (création d’un poulailler pour l’ONG mozambicaine de malades du sida KINDLIMUKA, n°19) à 152.500 euros (création d’un Fonds d’intervention culturelle avec la Direction nationale de l’action culturelle du Ministère de la culture, n°8). Pour les 26 projets financés sur la seconde enveloppe, le montant moyen ( 1er et 2nd guichet ) est de 30 678 euros.

1. Répartition sectorielle

Le tableau ci-dessous montre la répartition sectorielle des projets sélectionnés de 2000 à 2003 :

SecteurNombre de projets%Montants en euros
Culturel 8 32,64 334.400
Social 11 34,37 352.050
Education 6 22,57 231.189
Santé 1 10,4 106.715
TOTAL 26 projets 100 1.024.356

1.1 - Le secteur culturel

Le secteur culturel a été une priorité dans la mise en œuvre du programme 2000-2003. L’accent a été mis sur le renforcement des capacités du milieu artistique par la création d’un Fonds d’intervention culturelle (n°8), qui assure une déconcentration des crédits au niveau de la Direction nationale de l’action culturelle (Ministère de la culture).

Un autre projet structurant ce secteur a été l’appui aux producteurs de cinéma et de télévision (Association mozambicaine des cinéastes - AMOCINE, n°20) par la dotation, d’un instrument de sous-titrage permettant une diffusion des œuvres au-delà des frontières mozambicaines.

Des projets culturels à caractère national ou international (Appui à la compagnie nationale de chant et de danse, n°5, Appui à l’exposition « Récits des corps » n°7, Appui à la coopération entre Inhambane et l’île de la Réunion, n°17), visant à promouvoir le patrimoine culturel et artistique du Mozambique dans la région de l’Océan Indien ont également été appuyés par le FSD, ceci dans un esprit de coopération avec l’espace francophone.

1.2 - Le secteur social

11 projets sur 26, soit 42,3%, ont concerné le secteur social. Ces projets eu pour principaux bénéficiaires des diverses émanations de la société civile : organisations non gouvernementales, associations, collectivités locales, etc.

L’objectif de renforcement et de structuration de la société civile a été mis en avant comme élément nécessaire à sa participation active au développement et à la démocratisation.

Le SCAC de Maputo a ainsi décidé d’appuyer des structures naissantes, en particulier des associations de jeunes, en collaboration avec le programme Jeunes-Vie-Associative et de toutes nouvelles municipalités comme Chókwe (en complément du projet d’appui à la post-urgence des inondations, n°15). L’appui à des organisations non gouvernementales qui avaient fait leurs preuves, telles l’ADEMO (n°6), l’AMDU (n°13), Meninos de Moçambique (n°21) et KULIMA (n°26) a été poursuivi.

1.3 - Le secteur de l’éducation

L’appui de la coopération française, à travers l’enveloppe CD/FSD, est moins importante dans ce secteur (20,1 % du montant total des projets). Il se concentre sur des travaux de réhabilitation et de construction. Il convient cependant de citer le soutien aux jeunes handicapés (Appui au centre de réhabilitation infantile de Malhangalene avec l’Association des handicapés mozambicains, ADEMO, n° 6), et l’appui apporté aux communautés des quartiers périphériques de Maputo (Chamanculo, Infulene et Khongolote).

1.4 - Le secteur de la santé

Sur l’enveloppe 2000, a été financé un appui aux services des urgences de la ville de Maputo (n°11), d’un montant de 106.715 euros [1]. La coordination entre les services d’urgence des différents hôpitaux (Hôpital Central de Maputo et Hôpitaux José Macamo et Mavalane) et le Ministère de la santé a permis de créer une nouvelle dynamique de travail.

L’appui aux projets d’information et de sensibilisation au VIH-SIDA fait également partie des priorités du CD-FSD, qu’ils émanent d’institutions publiques ou d’associations.

2. Répartition par bénéficiaires

2.1 - Les bénéficiaires du premier guichet

Le premier guichet, réservé à l’Etat, entendu comme « administration centrale et ses démembrements [2] » , a bénéficié aux secteurs de la culture, de la santé et, dans une moindre mesure, à celui de l’éducation. [3]

3.2 - Les bénéficiaires du second guichet

Le second guichet réservé « exclusivement à la société civile » (personnes morales de droit privé ou de droit public à caractère local [4]) , a bénéficié aux secteurs social, culturel et de l’éducation [5] , à hauteur de 402 359 euros, soit 59,6 % du fonds.

Les bénéficiaires du second guichet ont été principalement les associations et organisations non gouvernementales mozambicaines, les collectivités territoriales et leurs représentations.

3.2.2 - Les collectivités territoriales

23 % des financements disponibles sur le second guichet ont bénéficié à des municipalités : celles de Chókwe (province de Gaza) n°15, de Mocímboa da Praia (province de Cabo Delgado) n°25 et de Maputo (Direction de la femme et de la coordination de l’action sociale de la ville) n°10. Les projets ont concerné essentiellement le secteur social (83,6 %) et ont contribué au renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de ces collectivités (ex : création d’un centre de ressources destinés aux acteurs sociaux de la ville de Maputo, n°10).

3.2.3 - Autres

Les institutions religieuses : le SCAC de Maputo a décidé de financer deux projets menés par des congrégations religieuses, représentant 11,6 % (soit 78.585 euros) du montant disponible sur le second guichet (projets n°16 et 23).

Les communautés d’habitants : le fait qu’elles n’ont pas de statut leur interdit d’être considérées comme bénéficiaires « contractuels » (signataires d’un protocole). La difficulté a été à deux reprises contournée en contractant avec un opérateur disposant de la personnalité juridique (n°12 et 18).

3. Répartition géographique

Les projets financés sur l’enveloppe 2000 sont répartis géographiquement sur les provinces de Maputo, Cabo Delgado, Nampula et Niassa. On peut noter le nombre important de projets à caractère national et international [6].

La province de Gaza et la ville de Maputo ont été les régions d’intervention privilégiées du fait de la proximité géographique, et de la présence des principales associations et ONG dans la capitale.

A Maputo, l’accent a été mis sur les quartiers périphériques tels que Malhangalene, Aeroporto, Maxaquene, Chamanculo, ou Infulene.

4.Perspectives

Avec la signature du protocole d’accord le 4 juin 2003, le FSD est entré dans une troisième phase de son existence. Il est désormais bien connu des acteurs du développement, et s’appuie sur un réseau solide de partenaires. Lors de la réunion du Comité organisée le 26 juin, 10 nouveaux projets, répartis dans quatre provinces, ont été approuvés pour un total de 149.135 euros. L’expérience accumulée au cours des six dernières années a permis au FSD d’atteindre une certaine maturité, et de s’intégrer dans le contexte mozambicain. Pour la période 2003-2006, le FSD devrait poursuivre les mêmes objectifs et s’imposer encore davantage comme un instrument de développement souple et adapté au contexte mozambicain.

Service de coopération et d’action culturelle

(retour au sommaire)

[110,4 % du montant total des projets

[2Circulaire du 9 mai 1993

[3respectivement : 54,1% ; 30,6 % et 15,3 % du montant réservé au 1er guichet

[4Circulaire du 9 mai 1993

[5respectivement 57,8 % ; 25,3% et 16,9 % du montant réservé au 2nd guichet

[632,3% du montant total des projets

Dernière modification : 30/01/2004

Haut de page