LE FSD : gros plan sur 3 projets

1. Hôpital de jour pour les enfants séropositifs à l’Hôpital Central de Maputo

Bénéficiaire et opérateur : Hôpital Central de Maputo

Autre partenaire : UNICEF

Localisation : Maputo

Montant : 91.350 euros

Durée : septembre 2003 - septembre 2004

L’amélioration des conditions d’accueil et de traitement des malades du SIDA fait partie des priorités de la coopération française au Mozambique. Les enfants, qui sont de plus en plus nombreux à être contaminés par le virus, ne disposaient pas jusqu’à présent de structure adéquate pour recevoir un soutien psychologique et médicamenteux adapté. Or, en l’absence d’une prise en charge spécialisée, comprenant notamment la prescription d’anti-rétroviraux, l’espérance de vie d’un enfant contaminé est très limitée. Un service précurseur de consultation avait bien été ouvert au sein de la pédiatrie de l’Hôpital Central en 1994, mais ses capacités se sont vite révélées insuffisantes face à l’extension de l’épidémie.

En réponse à une demande exprimée par une équipe dynamique de médecins mozambicains, et en particulier par les Docteurs Paula VAZ, et Ôrlanda ALBUQUERQUE, respectivement pédiatre et chef du service pédiatrique, la coopération française a décidé en juin 2003 d’octroyer une subvention de 91 350 euros pris sur le Fonds Social de Développement pour l’aménagement et l’équipement d’un hôpital de jour réservé aux enfants séropositifs. Installé dans un nouveau bâtiment, le service offrira différents espaces de consultations, de traitement, et même d’activités ludiques et récréatives. Intégré dans la pédiatrie, l’hôpital de jour qui devrait ouvrir ses portes dans le courant de l’année 2004 permettra une prise en charge différenciée des petits malades, tout en évitant de les placer dans une situation discriminante.

Les avantages d’une structure hospitalière de jour sont multiples. Elle permet de décharger les autres services, tout en offrant les mêmes garanties de soins. Mais surtout, elle améliore considérablement les conditions de vie des enfants en préservant leur vie de famille, et en leur permettant de continuer à avoir, dans la mesure du possible, une existence « normale ». L’enfant peut donc suivre un traitement relativement contraignant, tout en fréquentant l’école et en demeurant dans son foyer. Les parents peuvent conserver leur activité professionnelle, et ne doivent pas assumer de coûts supplémentaires d’hospitalisation.

Par le financement d’un hôpital de jour pour enfants séropositifs, la coopération française souhaite non seulement améliorer leurs conditions de vie et la qualité de leur traitement, mais aussi contribuer à la constitution à Maputo d’un pôle d’enseignement, de coordination et d’évaluation des traitements destinés aux enfants. L’Hôpital Necker de Paris, qui dispose dans ce domaine d’un service de pointe dirigé par le Professeur Blanche, apportera son appui technique dans ce sens.

2. Création d’un Fonds d’appui à la production cinématographique

Bénéficiaire et opérateur : Association mozambicaine des cinéastes (AMOCINE)

Localisation : National

Montant : 132 000 euros

Durée : septembre 2003 - septembre 2004

Après l’accession à l’indépendance en 1975, le cinéma mozambicain a connu un « âge d’or » au travers de l’Institut national de cinéma (INC), principal détenteur du réseau de distribution cinématographique du pays, mais aussi, grâce aux fonds générés par l’exploitation des salles, principal producteur de films et formateur de cadres dans ce domaine. Avec le déclenchement de la guerre civile, et l’apparition de la télévision, son activité s’est ralentie, pour cesser totalement suite à un incendie ayant détruit en 1991 l’ensemble de ses infrastructures.

Les cinéastes et professionnels du cinéma qui travaillaient pour l’INC se sont tournés vers la télévision, ou ont fondé des entreprises privées de production utilisant la vidéo. Regroupés depuis 2002 au sein de l’Association mozambicaine des cinéastes, ils défendent l’existence d’une création audiovisuelle mozambicaine, et tentent d’obtenir des financements pour les cinéastes indépendants.

La coopération française entretient depuis cette date une riche collaboration avec l’Association. Le Fonds Social de Développement a financé en 2002 l’achat d’un banc de sous-titrage pour faciliter les échanges de films et documentaires entre le Mozambique et les autres pays. Trois membres de l’Association ont bénéficié d’une formation pour son utilisation.

Fort de cette première expérience réussie, le SCAC a décidé en 2003 de confier à AMOCINE la gestion d’un fonds d’appui à la production cinématographique. Les scénarios se distinguant par leur originalité, la pertinence de leur sujet, et le sérieux de l’équipe de réalisation seront retenus par un Comité de sélection comprenant des membres indépendants (2 pour la coopération française, 1 pour le CCFM, 1 pour l’INAC, 1 universitaire spécialiste plastique ou musical, 1 pour AMOCINE).

Les projets de tournage seront examinés tous les six mois, et pourront proposer le financement de tout ou partie du budget, avec un montant maximal de 40 000 USD par projet. Une partie du fonds sera utilisée pour compléter la formation de cadres en prenant en charge leur participation à des tournages. Les premiers films devraient être tournés au début de l’année 2004.

La coopération française a souhaité, par ces deux projets, encourager ce particularisme culturel du Mozambique qu’est sa production audio-visuelle, et permettre la diffusion de ces œuvres aussi bien en Afrique qu’en Europe.

3. Appui aux activités génératrices de revenus du Centre João Batista Scalabrini

Bénéficiaire et opérateur : Centre d’accueil João Batista Scalabrini

Autre partenaire : Coopération canadienne

Localisation : Ressano Garcia (Province de Maputo)

Montant : 23 220 euros

Durée : septembre 2003 - septembre 2004

Les sœurs missionnaires de São Carlos Borromeo sont présentes au poste frontière de Ressano Garcia depuis 1994. Elles y ont installé un centre d’accueil pour les enfants des rues, victimes de mauvais traitements, et les orphelins. 350 élèves y sont scolarisés de la 1ère à la 5ème classe, dont une quarantaine est interne. La plupart des enfants n’ont intégré que tardivement l’école, et en raison de leur âge et du manque de place ne peuvent être pris en charge par un établissement public.

Des formations pour les jeunes femmes de la communauté (couture, alphabétisation) y sont également dispensées. Le Centre organise des activités sportives, littéraires et de réflexion autour des problèmes de société ouvertes à tous.

La coopération française souhaite apporter une aide durable au Centre en lui permettant de mettre en place des activités générant des recettes. Ces fonds seront réinvestis dans le fonctionnement général de la structure et le financements des activités éducatives et de formation.

Le premier volet du projet consiste en la réalisation de travaux de finition d’une boulangerie, l’achat de quelques machines, et la construction d’un stand de vente dans la communauté de Ressano Garcia. Le pain produit complétera le régime alimentaire des enfants, et sera vendu dans la ville. Plusieurs personnes bénéficieront d’une formation professionnelle, tant pour la fabrication du pain et de pâtisseries, que pour la vente des produits.

Une seconde partie du projet prévoit la construction d’un poulailler. Les objectifs sont identiques : compléter le régime alimentaire des enfants, former des jeunes aux techniques de l’élevage et de la vente, et créer une source de revenus.

La boulangerie et le poulailler commenceront à fonctionner dans le courant de l’année 2004.

La coopération française a voulu appuyer la volonté des responsables du Centre d’acquérir davantage d’indépendance par rapport aux bailleurs en installant des activités durables. Ce projet intégré présente plusieurs atouts : les frais généraux de fonctionnement pourront être pris en charge, plusieurs jeunes vont bénéficier d’une formation professionnelle, et le régime alimentaire des enfants sera amélioré.

4.Liste des illustrations

Le Poste dispose de plusieurs photographies (support papier) pour les projets suivants :

- Prévention contre les mines (chiens anti-mines), Handicap International, Inhambane (Province d’Inhambane) - 1999

- Installation d’un émetteur et construction de nouveaux studios à Radio Encontro, Archidiocèse, Nampula (Province de Nampula) -2001, 2002

- Réhabilitations d’école, ESSOR, Maputo - 2000, 2003

- Resociabilisation des enfants des rues, Meninos de Moçambique, Maputo - 2002, 2003

- Réhabilitation du bâtiment B4 de l’Université pédagogique, Université pédagogique, Nampula (Province de Nampula) - 2003

- Appui au centre de réhabilitation infantile de Malhagalene, Association des handicapés mozambicains, Maputo - 2003

- Formation professionnelle de jeunes défavorisés, Rede da criança, Maputo - 2003

- Appui au service des urgences, Ministère de la santé, Maputo - 2003

- Appui au Centre des amis de la langue française, Association mozambicaine des professeurs de français, Lichinga (Province de Niassa) - 2003

- Réhabilitation d’un terrain de sport à Inhagoia, Association mozambicaine pour le développement urbain, Maputo - 2003

- Appui à un programme de sensibilisation au SIDA, Organisation de la jeunesse mozambicaine, Maputo - 2003

- Construction d’un marché municipal, Conseil municipal, Chókwe (Province de Gaza) - 2003

- Création d’un poulailler à Albazine, Association Kindlimuka, Maputo - 2003

- Appui au groupe mozambicain de la dette, Progresso, Maputo - 2003

- Agrandissement du Centre d’accueil Dom Bosco, congrégation Dom Bosco, Matola (Province de Maputo) - 2003

- Appui à l’atelier de serrurerie du village de Agostinho Neto, Association Vicodemo, Marracuene (Province de Maputo) - 2003

- Appui au Centre S. J. Scalabrini, Congrégation S. J. Scalabrini, Ressano Garcia (Province de Maputo) - 2003

- Construction d’une garderie, Caritas, Lichinga (Province de Niassa) - 2003

- Appui au Centre Tim Taler, Association MNMMR, Maputo - 2003

- Développement de l’éco-tourisme, Association ADAP, Goba (Province de Maputo) - 2003

Service de coopération et d’action culturelle

(retour au sommaire)

Dernière modification : 30/01/2004

Haut de page