Gestion environnementale communautaire à Namuli – Projet PISCCA porté par l’association LUPA

Dans le cadre du fonds de subvention PISCCA (Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs), le Service d’Action Culturelle et de Coopération de l’Ambassade finance un projet dans le secteur du mont Namuli, près de Gurué dans la province de Zambézie. Le mont Namuli est le 2nd plus haut sommet du Mozambique (2419 m), et la montagne et ses alentours représentent une zone sensible en matière de biodiversité, avec notamment l’existence de très nombreuses espèces endémiques. Par ailleurs, les principales rivières de Zambézie et de Nampula prennent leurs sources dans cette zone. Pourtant, celle-ci présente un taux de déforestation important, en raison des pratiques agricoles des communautés locales, en particulier l’agriculture sur brulis, qui consiste à défricher une zone par le feu, permettant un transfert de fertilité, qui est cultivée sur une courte période avant d’être mise en jachère.
Le projet, porté par l’association pour le développement communautaire LUPA, et démarré en avril 2017, consiste à créer, former et légaliser, dans les 6 communautés locales (14 000 habitants), des Comités de Gestion des Ressources Naturelles, afin qu’ils soient les futurs gestionnaires de l’Aire de Conservation Communautaire de Namuli qui devrait être créée prochainement. Par ailleurs, le projet a pour objectif de sensibiliser les habitants à la préservation de l’environnement, et des activités seront notamment mises en place dans les écoles. Une mission en Zambézie a permis à Gwenn Guillaumie (Chargée de mission Société Civile) de rencontrer la Reine de Namuli ainsi qu’un des Comité de Gestion des Ressources Naturelles créé et d’appréhender leur motivation vis-à-vis du projet. Il est apparu que 5 communautés sur 6 sont extrêmement motivées par le projet et se rendent compte des bénéfices qu’il peut apporter, notamment en termes d’amélioration des pratiques agricoles, à la fois plus productives et respectueuses de l’environnement. La 6è communauté se montre plus réservée vis-à-vis du projet, en partie car ses terres se trouvent plus en hauteur, dans la zone vraiment sensible de la montagne. C’est pourquoi l’association LUPA est en train de travailler plus spécifiquement avec cette communauté afin d’améliorer la collaboration et leur expliquer les bénéfices que la communauté pourra percevoir en tant que gestionnaire de la Zone de Conservation Communautaire de Namuli.

Dernière modification : 14/09/2017

Haut de page